KIA OPTIMA SXL 2016 : ESSAI ROUTIER

  • KIA OPTIMA SXL 2016 : ESSAI ROUTIER

    Pendant longtemps, la Kia Optima s’est avérée un très bon choix pour les acheteurs de berlines familiales recherchant une longue liste de commodités, une expérience de conduite agréable et un design percutant qui ne se fond pas dans la masse ? l’opposé de ce que conduirait Maud Flanders. 

    La 2e génération lancée récemment propose une refonte complète et améliore la formule originale à tous les niveaux, encore une fois dans le but de séduire comme peu d’autres savent le faire les familles qui désirent une voiture ayant beaucoup de classe tout en demeurant franchement abordable.

    À l’extérieur, des lignes audacieuses, 2 gros embouts d’échappement, une abondance de détails et la fameuse calandre de la marque coréenne, flanquée par des phares au xénon, aident la Kia Optima 2016 à se distinguer. Mon modèle d’essai haut de gamme SXL arborait des insignes « TURBO » sur les bouches d’air latérales, comme pour avertir ceux qui voudraient faire la course à un feu rouge. L’Optima redessinée est une berline d’allure sérieuse qui comporte plusieurs touches de style dignes de figurer sur un modèle beaucoup plus dispendieux.

    Au volant, on se retrouve entouré de belles coutures, de cuir raffiné, d’interfaces modernes et de garnitures qui s’entrecroisent et se mêlent en termes de couleurs, de textures et de lustres. Examinez à peu près n’importe quelle partie de l’habitacle avec vos yeux et vos doigts et vous constaterez le souci du détail ainsi que la qualité et le modernisme du décor. Il n’y a pas si longtemps, un intérieur de voiture aussi bien fini coûtait une fortune. En somme, l’ambiance dans la nouvelle Optima se veut formelle, sophistiquée et distinctivement au goût du jour.

    L’équipement de la version SXL comprend un gros toit ouvrant panoramique, une puissante chaîne audio Harman Kardon avec processeur Quantum Logic qui assure un son clair, de même qu’un écran central de bonne dimension sous lequel résident des boutons tactiles permettant une navigation facile et sans véritable frustration. La cascade qui rejoint la console rappelle une Audi ou une BMW, surtout avec les commandes intégrées autour du levier de vitesses. L’une d’elles est le sélecteur de mode de conduite qui, en un clic ou deux, fait passer l’Optima d’une simple boulevardière économe d’essence à une fougueuse berline sport. 

    Sur l’autoroute, la suspension à réglage « sportif » conserve une certaine souplesse au niveau des amortisseurs, ce qui lui permet d’offrir une tenue de route dynamique et un confort appréciable sur toutes les surfaces sans que l’un ne vienne compromettre l’autre. En ville, la Kia Optima 2016 ne donne pas l’impression de flotter au-dessus des bosses et des nids-de poule ni de leur rentrer dedans violemment; elle préfère plutôt les absorber sans rouspéter, mettant ainsi en lumière son côté solide, durable et tranquille. Par ailleurs, bien qu’elle n’offre pas une agilité de classe mondiale, l’Optima ne se laisse pas perturber par quelques virages négociés à vive allure.

    Sa direction à assistance électrique nous relaie très peu d’information provenant des pneus, mais je l’ai quand même trouvée précise, douce et bien isolée des mouvements brusques de l’accélérateur. On ne sent pas de vibrations dans le bout des doigts. Si vous aimez les directions légères et faciles à manipuler, vous serez bien servi ici. Quand on roule à haute vitesse, elle s’alourdit joliment pour aider la Kia Optima à rester bien ancrée dans sa voie. Bref, à l’instar de la suspension, la direction sait favoriser une conduite tantôt décontractée, tantôt dynamique (en mode Sport). 

    En voyant le décor luxueux de l’habitacle, certains conducteurs pourraient s’attendre à ce que le roulement de l’Optima soit plus silencieux. Personnellement, je n’ai rien à redire. Il y a d’autre part un généreux dégagement aux places avant (même pour des adultes corpulents), du rangement abondant, de bons porte-gobelets ainsi que plusieurs prises de courant et ports de recharge. À propos, un plateau de recharge sans fil pour téléphones cellulaires et autres appareils électroniques est disponible. Vive la technologie!
     
    La banquette arrière de la Kia Optima 2016 est large et très accommodante en termes d’espace pour les jambes. Mon exemplaire SXL offrait même des écrans paresoleil au niveau des vitres arrière. Moi qui mesure 5’10”, je disposais d’un dégagement suffisant pour la tête. Idem pour un de mes passagers qui mesurait 6’3”… à condition de garder la tête un peu penchée vers l’arrière. Quant au coffre, il est très profond, large et assez droit; avec ses 450 litres, on peut facilement y engloutir l’attirail de 4 personnes pour une fin de semaine à l’extérieur ou encore 500 $ d’emplettes de chez Costco.

    Le moteur de la nouvelle Kia Optima SXL 2016 est un 4-cylindres turbocompressé de 2,0 litres qui développe 245 chevaux (30 de moins qu’avant) et un couple de 260 livres-pied, le tout acheminé aux roues avant par une boîte automatique à 6 rapports avec sélecteurs manuels au volant. On ne peut pas dire que ce nouveau moteur manque de fougue, mais il faut attendre un peu plus longtemps avant que le turbocompresseur s’active et que la voiture accélère pleinement. En contrepartie, le son est plus agréable maintenant et on jouit d’un solide pouvoir quand vient le temps de dépasser ou d’embarquer sur l’autoroute.

    Que pourrais-je ajouter? L’Optima SXL se prête bien aux manœuvres dans les endroits restreints grâce à sa direction poids plume, à son système de surveillance par caméras haute résolution à 360 degrés ainsi qu’à ses capteurs de stationnement et de circulation transversale arrière. Les menus du système d’infodivertissement ne sont pas les plus spectaculaires de la catégorie, mais leur cohérence et simplicité rendent vite l’utilisation conviviale. La chaîne sonore Harman Kardon devient un merveilleux compagnon de voyage avec ses notes claires et son puissant caisson de graves. Enfin, les lève-vitres électriques fonctionnent de manière très douce et quasiment muette, ce qui rehausse le cachet luxueux de l’Optima.

    J’oubliais : la consommation d’essence moyenne que j’ai enregistrée s’est élevée à 9,5 L/100 km, ce qui est plutôt faible pour une berline intermédiaire turbocompressée. En passant, l’Optima se contente d’essence ordinaire malgré le turbo.

    Des reproches? En tenant compte du contexte de mon essai routier, j’en ai bien peu à vous mentionner. Les changements de rapport à l’aide des sélecteurs manuels au volant ne sont pas assez rapides ni stimulants pour qu’on veuille s’en servir souvent ? à plus forte raison si l’on sort tout juste d’une BMW ou d’une Volkswagen. Par ailleurs, les freins démontrent de la puissance, mais manquent cruellement de sensation au niveau de la pédale. 

    En conclusion, la Kia Optima SXL 2016 mérite que vous l’essayiez pour son généreux équipement, son beau comportement routier et surtout son design aussi sophistiqué que distinctif.